APAME 1090, rue Lafontaine Drummondville
   


LES MALADIES

Le trouble bipolaire

Accueil
À propos de l'APAME
Services offerts
Communiqué/calendrier
Les maladies
La boîte à outils
Le temps d'être/Activités de répit
Liens utiles
Centre de documentation

Devenir membre
Promesse de dons
Nous joindre
 
 

Le trouble d’anxiété généralisée (TAG) constitue un problème relativement fréquent qui représente un fardeau considérable sur les plans personnel et social. Même si les sujets souffrant du trouble d’anxiété généralisé éprouvent une inquiétude et une anxiété excessives incontrôlables, ils attendent souvent de longues années avant de chercher de l’aide, parce qu’ils croient à tort que l’inquiétude est un élément immuable de leur personnalité.


Une inquiétude et une anxiété envahissantes, excessives et incontrôlables constituent les principales caractéristiques du trouble d’anxiété généralisée (TAG). Les autres symptômes du trouble d’anxiété généralisée comprennent notamment la fébrilité, la fatigue, la difficulté de concentration, l’irritabilité, la tension musculaire et la perturbation du sommeil.

Les personnes souffrant du trouble d’anxiété généralisée s’inquiètent habituellement à propos d’un grand nombre d’événements ou de situations, comme les relations avec leurs proches et leurs amis, leur performance au travail ou à l’école, leur santé ou celle des êtres aimés et leur sécurité financière. De nombreux sujets atteints du trouble d’anxiété généralisée disent qu’ils se font constamment du souci : ils s’inquiètent quand ils ont des problèmes et ils s’inquiètent également quand les choses vont bien (car cela pourrait changer).

Les causes

Les facteurs qui contribuent à la survenue et au maintien du trouble d’anxiété généralisée sont de trois types : biologiques, environnementaux et psychologiques. Les facteurs biologiques comprennent une prédisposition génétique et des altérations de la fonction des substances chimiques du cerveau (les neurotransmetteurs). La prédisposition génétique joue un rôle modeste dans la survenue du trouble d’anxiété généralisée; les travaux de recherche indiquent que le trouble d’anxiété généralisée est héréditaire dans 15 à 30 % des cas. Il est possible que la prédisposition génétique interagisse avec d’autres facteurs (voir ci-dessous) pour entraîner chez un sujet en particulier l’apparition du trouble d’anxiété généralisée ou d’un autre trouble. Les altérations de plusieurs systèmes régissant les substances chimiques du cerveau (neurotransmetteurs) contribueraient aussi à la survenue du trouble d’anxiété généralisée.

Les recherches portant sur les facteurs environnementaux indiquent que des interactions précoces entre les jeunes enfants et leurs parents (ou les personnes qui en prennent soin) pourraient jouer un rôle dans la survenue ultérieure du trouble d’anxiété généralisée.

Un grand nombre de facteurs psychologiques semblent aussi jouer un rôle dans la survenue et le maintien du trouble d’anxiété généralisée. Un des facteurs est l’intolérance à l’incertitude. Les recherches ont montré que les sujets atteints du trouble d’anxiété généralisée ont de la difficulté à faire face à l’incertitude dans leur vie de tous les jours. La recherche a aussi montré que des personnes atteintes du TAG ont plus de difficulté à accepter l’incertitude que les sujets souffrant d’autres troubles anxieux et les gens en général. On s’entend en général pour dire que les facteurs psychologiques, comme l’intolérance à l’incertitude, les facteurs biologiques et environnementaux agissent de concert pour entraîner la survenue et le maintien du trouble d’anxiété généralisée.

Les traitements

Les traitements du trouble d’anxiété généralisée sont de deux types : pharmacologiques et psychologiques. Les traitements pharmacologiques du trouble d’anxiété généralisée comprennent les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN), les antidépresseurs tricycliques, le buspirone et les benzodiazépines.

En ce qui concerne les traitements psychologiques pour le trouble d’anxiété généralisée, il faut souligner que parmi les traitements étayés par des évaluations empiriques et reconnus, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) apparaît comme le meilleur choix. Cette thérapie comporte habituellement entre 12 et 16 séances de psychothérapie, à raison d’une séance par semaine, et des « exercices à faire à la maison » entre les séances. Les traitements font appel à un ou à plusieurs éléments : une réévaluation cognitive, l’exposition par visualisation, des exercices de relaxation et l’apprentissage de stratégies pour résoudre les problèmes, maîtriser l’anxiété et affronter plus efficacement l’incertitude.

Source : Dr Michel Dugas, Psychologue, Université Concordia et Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal (2005)